APILL - Association de Protection des Berges de l'

APILL - Association de Protection des Berges de l'

Hydrologie de l'Ill

HYDROLOGIE de L'ILL

 

 

L'Ill constitue la principale artère fluviale de la région (hormis le Rhin), elle prend sa source sur le flanc Nord du Glasberg (Jura alsacien) et rejoint le Rhin à Gambsheim après un parcours de 217 km.

 

Malgré sa naissance dans le Sundgau, l'Ill possède avant tout un cours de plaine, mais sa position géographique au pied des Vosges, en fait le collecteur des rivières issues de la montagne. Sa pente moyenne est d'environ 0.8‰, avec une augmentation brutale de la pente à environ 2‰ sur un kilomètre entre Sundhoffen et Horbourg-Wihr. Cette augmentation correspond au coude que fait l'Ill entre Andolsheim et Horbourg-Wihr, où quittant la basse terrasse, elle s'installe dans la dépression entre le cône de la Fecht et la terrasse du Rhin.

 

Cette rupture de pente correspond également à la fin de la partie strictement recalibrée et endiguée entre Meyenheim et Sundhoffen et identifie deux secteurs de cours d'eau avec des caractéristiques bien distinctes.

En effet le secteur amont de Sundhoffen, où la rivière a subit de fortes contraintes, avec notamment un lit majeur des plus réduit, ne tolérant aucune divagation, ni encombrement du lit mineur et nécessitant de ce fait un entretien drastique. La quasi-absence de ripisylve et de végétation arbustive ou arborescente dans le lit majeur est de rigueur. L'écoulement est favorisé, sans possibilité d'épandage et augmente ainsi l'onde de crue à l'aval. La rivière sert de simple tuyau à l'écoulement de l'eau, sans réelle possibilité de remplir ses fonctions : recharge de la nappe phréatique, auto-épuration de l'eau, accueil diversifié de la flore et de la faune. Cette situation est d'autant plus regrettable que dans ce secteur l'Ill constitue la seule coulée verte dans un désert de maïs.

A l'inverse le secteur aval de Sundhoffen, de par ses potentialités, nous offre un contraste étonnant. Un aménagement plus "doux", associé à la rupture de pente ont permis de garder des fonctionnalités plus importantes à la rivière. Un lit majeur plus large, des possibilités légères de divagation du lit mineur, des zones d'épandages de crue, une ripisylve en bon état, et la végétation diversifiée dans le lit majeur ont gardé à l'Ill un caractère de cours d'eau "naturel" avec une alternance de radiers et de mouilles.

 

Le régime hydrologique est de type "pluvial océanique", mais les débits sont fortement influencés par des dérivations et par les infiltrations entre Ensisheim et Colmar, L'Ill perd un quart de son débit environ. A l'aval de Colmar la nappe phréatique recharge l'Ill.

Entre Sundhoffen et Colmar, les débits moyens annuels sont d'environ 9 à 10 m³/s, avec des maxima à 150 m³/s et des minima de 0.3m³/s. L'Ill n'est jamais à sec à l'aval de Colmar.



16/01/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 160 autres membres