APILL - Association de Protection des Berges de l'

APILL - Association de Protection des Berges de l'

Horbourg-Wihr Recours gracieux contre le dossier d’extension de la déchetterie « L’arbitre a truqué le match »

 

 

par Amaury Prieur, DNA le 14/01/2012

 

L’association de protection des berges de l’Ill et Alsace Nature ont confirmé hier qu’elles allaient déposer un recours gracieux contre le dossier d’extension de la déchetterie de Horbourg-Wihr. « L’administration n’a pas fait son travail », déplorent-elles.

 


PRÉSIDENTS RESPECTIFS de l’association de protection des berges de l’Ill (Apill) et d’Alsace Nature, Daniel Reininger et Michel Breuzard n’ont pas de mots assez forts pour dénoncer, depuis 2010, « l’entêtement incompréhensible » des partisans de l’extension « en zone inondable » de la déchetterie de Horbourg-Wihr.

Mais le dépôt à la direction départementale des territoires du Haut-Rhin, le 18 octobre 2011, d’un « dossier incomplet ne contenant qu’une page sur deux » – validé par le biais d’un récépissé –, constitue une brèche inespérée dans laquelle ils entendent s’engouffrer dès la semaine prochaine (*).

« Les dés sont pipés. »

Le moyen ? Un recours gracieux, déposé auprès du préfet, avant une éventuelle bataille devant le tribunal administratif si d’aventure le représentant de l’État n’intervenait pas dans cette affaire. Cette issue ne faisait plus aucun doute (voir DNA d’hier), elle a été officiellement confirmée ce vendredi dans les locaux de la maison de l’agriculture bio-dynamique de Colmar. « Il arrive fréquemment que l’administration ne fasse pas son travail, mais c’est rare qu’on en ait la preuve, ironisent les deux défenseurs de l’environnement. Comment instruire un dossier si on n’a pas toutes les pièces en sa possession ? À notre sens, ce n’est pas une simple erreur. Les dés sont pipés. »

Bien que Daniel Reininger et Michel Breuzard soient intarissables sur la question, la confrontation d’arguments sur le fond du projet n’est plus d’actualité jusqu’à nouvel ordre. Aussi, les deux hommes mènent plus loin encore leurs accusations contre la DDT 68. « L’arbitre a truqué le match et a désigné le perdant, s’indignent-ils. Il doit normalement faire preuve de neutralité. Or, dans le cas présent, l’administration n’a pas joué son rôle. Si elle avait pris la peine d’examiner le dossier, elle n’aurait pas eu d’autre choix que de le déclarer irrecevable et de s’y opposer. Où est la République irréprochable ? L’image de l’institution est totalement bafouée ! »

Daniel Reininger et Michel Breuzard avouent « ne pas aimer » les procédures, aux antipodes de l’idée qu’ils se font d’une « discussion positive ».

« Mais l’intérêt général doit reprendre le dessus », concluent-ils.

(*) Le dossier a été rendu accessible au public le 22 décembre. Le délai légal pour l’attaquer est d’un mois. Les deux associations ont donc jusqu’au 22 janvier pour déposer un recours gracieux



20/01/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 160 autres membres